OBAlgier

Tous les jours, un peu plus de ma vie est en ligne. Mes photos sont là, mes vidéos sont là, mes contacts sont là, mes articles son là, tous mes e-mails – la liste est longue.

Mufin : Music Jukebox le moteur de découverte est de recommandation de musique


mufin_logo.pngMufin: un services de découverte de musique. Des services tels que Last.fm, Pandora, Rhapsody et iTunes 8 ont fait qu’il est facile de trouver des artistes ou des chansons qui sont semblables à vos goûts musicaux et les préférences. Le seul problème avec ces services, c’est qu’ils sont basés sur un nombre limité de bases de données (comme l’iTunes Music Store, iTunes pour le mode Genius), les examens ou les évaluations par d’autres utilisateurs et l’ensemble de popularité. Cela signifie que la musique peut en effet être découvert similaires, mais il limite les résultats de chansons et de génériques mainsream genre de distinctions. Ce qui est excellent pour une liste de lecture automatique, mais pas vraiment idéal pour trouver de nouveaux groupes ou artistes. 

C’est pourquoi Mufin le nouveau moteur de découverte de la musique est tellement unique, il analyse la structure même de la chanson, et pas seulement le genre de méta-données. Mufin la découverte du moteur juste entré privé bêta,

Mufin utilise la technologie de reconnaissance audio pour analyser les caractéristiques musicales d’un morceau. Mufin crée une « empreinte digitale » de chaque morceau, utilisant 40 des caractéristiques telles que le tempo, instruments, le rythme et la bonne structure de la densité. Ensuite, lorsque vous recherchez une chanson dans la base de données de Mufin, un alogrithm compare les empreintes digitales de la chanson à la base de données et vous présente les résultats de chansons qui sont semblables en structure.

Publicités

28 février 2009 Posted by | Internet, Links, Technologie | , , , , , , , | Laisser un commentaire

Chrome 2.0.160.0 : Le navigateur open-source par Google

 

 

google chrom

google chrom

Chrome est le navigateur internet open-source créé par les équipes de développement de Google pour rivaliser avec Internet Explorer et le célèbre Firefox

 

Basé sur le même moteur WebKit que le navigateur d’Apple, Safari, Google Chrome offre une grande rapidité d’exécution des pages web, et une interface dépouillée avec onglets dynamiques, barre d’adresse intelligente (suggestions en cours de saisie, historique, favoris…), navigation sécurisée, et un mode de navigation privée pour surfer en toute discrétion.

 

 

Un champ unique pour la recherche

Télécharger

Share/Save/Bookmark

7 février 2009 Posted by | Internet | , , , | Laisser un commentaire

Jamendo s’attaque au quasi-monopole de la SACEM

Le site de musique en ligne Jamendo, qui offre exclusivement des morceaux que les internautes ont le droit de s’échanger librement, propose désormais aux commerces de ne plus payer de droits à la Sacem et de diffuser exclusivement de la musique libre, à un coût beaucoup moins important.

  

Nous vous racontions le mois dernier les inquiétudes de la Sacem américaine, qui a décidé de s’attaquer à l’essor de la musique libre sur Internet. Les sociétés de gestion collective de droits d’auteur, qui ont monétisé l’exploitation de la musique pendant des décennies, voient de plus en plus d’artistes choisir une autre voie pour gérer la diffusion de leur musique. Nous rapportions à cette occasion qu’une Association de l’Indépendance Musicale Solidaire Autonome (AIMSA) s’était montée en France pour proposer aux diffuseurs publics un moyen de diffuser gratuitement de la musique libre dans leurs bars, restaurants, ou autres types de commerces.

Hasard du calendrier, c’est seulement quelques jours plus tard que Jamendo, le leader francophone de la diffusion de musique libre sur Internet, s’attaque à son tour au quasi-monopole de la Sacem.

Le site basé au Luxembourg propose plus de 180.000 morceaux de musique sous licence Creative Commons, qui peuvent être diffusés grauitement par les internautes, mais dont les droits d’exploitation commerciale restent la plupart du temps réservés par leurs auteurs. Désormais, les commerces et les professionnels qui désirent cependant exploiter la musique de Jamendo peuvent se rendre sur le site pro.jamendo.fr, et acquérir les droits d’exploitation commerciale du catalogue pour diffuser la musique du site dans leur magasin.

Environ 10 à 15 % des artistes du catalogue ont donné leur accord à Jamendo pour qu’il concède en leur nom des licences commerciales, nous explique la société. Concrètement, les commerçants qui veulent exploiter le catalogue dans leur lieu public doivent déclarer la surface commerciale à sonoriser, et payent alors un forfait mensuel, à partir de 8 euros par mois pour un local de 100 m², et jusqu’à 24 euros pour 2000 m².

« C’est beaucoup plus simple et transparent pour les commerçants qu’à la Sacem où le calcul est très compliqué, en fonction du chiffre d’affaires, du nombre de haut parleurs et d’autres paramètres« , nous assure Jean-Yves Lanneau-Saint-Léger, le directeur marketing de Jamendo. Il estime qu’en moyenne, la licence de Jamendo revient à quatre fois moins cher qu’une sonorisation par des chansons d’artistes inscrits à la Sacem.

« De plus le problème avec la Sacem c’est que les petits artistes ne touchent rien ou quasiment rien, parce que le système bénéficie aux artistes les plus diffusés en radio. Chez nous, tout est comptabilisé à l’écoute près et les artistes sont rémunérés dès la première diffusion », insiste-t-il.

Pour s’en assurer, le système fonctionne pour le moment exclusivement en streaming. Les professionnels sélectionnent le type d’ambiance musicale souhaité (jazz, pop, rock, classique, lounge, électro…), et les morceaux sont joués en continu sans publicité, dans des radios thématiques. Les artistes sont ensuite rémunérés au prorata du nombre de leur diffusion, par un virement Paypal. Jamendo se réserve 50 % des montants de licences.

Share/Save/Bookmark

6 février 2009 Posted by | Internet | , , , , , | Laisser un commentaire

Plus de 700.000 utilisateurs de The Pirate Bay en France ?

 

 Selon une cartographie de ses connexions réalisées par le site de liens BitTorrent The Pirate Bay, plus de 700.000 internautes français seraient connectés à ses trackers pour échanger des fichiers.

         

Après avoir connu une forte progression du nombre de ses visiteurs l’an dernier, le site de liens BitTorrent The Pirate Bay a dû revoir toute son architecture réseau pour mieux supporter la charge. Ses administrateurs ont alors remplacé une douzaine de vieux serveurs par huit serveurs flambant neufs, beaucoup plus puissants, qui ne tournent plus aujourd’hui qu’à 20 % de la charge totale qu’ils sont capables d’accueillir. Ce qui laisse de la place à quelques calculs statistiques jusqu’alors trop lourds à réaliser.

Pour commencer, The Pirate Bay a voulu en savoir plus sur la provenance géographique de ses utilisateurs. Ils ont donc mis en place une carte avec l’API de Google Maps, où l’on voit pour chaque pays le nombre d’internautes connectés à ses trackers. En tout, environ 25 millions de machines sont connectées à chaque instant sur les trackers de BitTorrent.

Sur cet ensemble, au moment où nous rédigeons ces lignes, 2,84 % des connexions proviennent de France, ce qui fait 710.000 connexions françaises reliées aux trackers de The Pirate Bay. Impressionnant, d’autant que le site suédois n’est pas le plus populaire en France. Si l’on en croit les données d’Alexa, The Pirate Bay est le 309ème site le plus visité dans l’hexagone, alors qu  e son concurrent Mininova se hisse à 71ème place.

La carte montre par ailleurs que près de 10 % des connexions sont réalisées à partir des Etats-Unis. Mais la Chine, où The Pirate Bay est pourtant bloqué, représenterait plus d’un quart des connexions ! Ca ne reste toutefois que 7 millions d’utilisateurs, ce qui n’est pas si élevé au regard des quelques 300 millions d’internautes que compte la Chine.

En Italie, où l’IFPI a fait la publicité de The Pirate Bay en demandant son blocage, les internautes italiens représentent 3,12 % des connexions, soit environ 800.000 utilisateurs.

Enfin l’Espagne, où la justice a légalisé les sites de liens P2P et le partage des fichiers, représente une proportion impressionnante de 7,5 % des connexions, soit 1,8 million d’internautes connectés aux trackers de The Pirate Bay. De quoi inciter la MPAA à continuer de demander à Barack Obama des sanctions contre l’Espagne.

 

 

Share/Save/Bookmark

5 février 2009 Posted by | Internet | , , , | Laisser un commentaire

Le nombre d’internautes a atteint le milliard dans le monde : L’Afrique et le Moyen-Orient en dernière position

 

Internet

Internet

Selon une récente étude, la plus grande proportion d’internautes se trouve dans la région Asie, avec 41% de parts de marché alors que l’Europe se hisse à la deuxième place avec 28% de parts de marché, suivie de l’Amérique du Nord (18%) et de l’Amérique du Sud (7%). Fracture numérique oblige, l’Afrique et le Moyen-Orient se hissent à la dernière place, avec seulement un taux de 5% d’internautes. Et si l’Amérique du Nord n’atteint que la troisième place dans le classement par région, les États-Unis conservent néanmoins la deuxième place au classement par pays, avec un total de 16,2% des internautes, battus de peu par la Chine (17,8%). Au total, 1 milliard d’internautes surfent sur le Web chaque année.

4 février 2009 Posted by | Internet | , , | Laisser un commentaire